03/02/2004

Maryse Ramakers

EXPOSITION


MARYSE RAMACKERS

Rendez visite sur le site de l'artiste
portail Artistes Forestois

artiste-aquarelliste belge

Aquarelliste : portraits et paysages
Membre Sociétaire de l'Institut Européen de l'Aquarelle
Vice-Présidente du Cercle d'Art Forestois

Etudes artistiques
Ecole Professionnelle Arts décoratifs à Ixelles
Ecole d'Art à Etterbeek
Ecole d'Art à Ixelles
Académie des Beaux-Arts à St-Gilles

Depuis 1981, nombreuses expositions personnelles et en groupe à La Haye, Luxembourg, Arles, Tregastel, Albignasego, en Belgique à l'Hôtel de ville de Bruxelles, Abbaye de Forest, Sodehotel, Galerie Fayla, Auderghem, St-Gilles, Anderlecht, Uccle, Namur, Charleroi, Tournai, Laethem-St-Martin, Rebecq, Villers-la-Ville.

Œuvres dans collections privées en Angleterre, Autriche, Espagne, France, Japon, Luxembourg
Œuvre au Musée Italien de l'Aquarelle à Albignasego.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

"Jocelyn"
Aquarelle
65 x 50 cm

















Parler de Maryse Ramakers est lire au mot à mot dans un livre ouvert où la poésie ponctue sa littérature à elle, portraitiste née, coloriste sensible, réalisme pris sur le vit: aquarelles sur fond de nature, nus imprévisibles sculptés d'un seul coup de brosse.Figurative au sens noble du terme, elle déploie dans ses paysages toute la magie d'un lointain Berry, mouvements inquiétants, si bien décrits par Georges Sand, du côté de Nohant, berceau de la petite Fadette ou de la Mare au diable, puis la Bretagne où elle vole les instants les plus précieux d'un coucher de soleil.
Adrien Cedric - « Espace Libre» à Saint-Gilles - avril 1995


Cliquez sur l'image pour l'agrandir





"Vieille Ferme"
"Pajottenland"
Aquarelle
40 x 50 cm







Cliquez sur l'image pour l'agrandir





"Bogaarden"
"Pajottenland"
Aquarelle
50 x 67 cm






Cliquez sur l'image pour l'agrandir

"Myriam"
Aquarelle
60 x 48 cm



















Le portrait n'est pas un art de tout repos, ni à l'huile, ni au crayon et encore moins à l'aquarelle. Par sa difficulté technique, cette dernière exige un travail rapide alors que le portrait demande du temps. Maryse Ramakers y réussit à merveille tout en préservant l'émotion du premier regard Ses personnages s'interrogent et nous interrogent au fil des expositions. Familière de nos cimaises depuis 1981, l'artiste va toujours plus loin dans la recherche de la vérité à peine entrevue derrière un visage. Il y a dans son travail un respect profond du modèle qui n'efface jamais sa personnalité, beaucoup plus forte qu'il n'y paraît à première vue
Anita Nardon - journaliste et critique d'art - déco 2001

12:28 Écrit par J-P Flament | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.